Louis, le maître des Souhaits

Anne K.G

6 min
57
lectures
0
Image de Louis, le maître des Souhaits
Dans la cour de l'école, il y a un gros chêne. Tout en haut de ce magnifique arbre, il y a une petite maison en brique.
On y accède par un escalier en bois qui fait tout le tour du tronc. Aujourd'hui, Léna, Hicham et Maëlla se retrouvent dans la maisonnette pour une réunion de crise : la maîtresse, madame Kramer, a expliqué que la maison allait être démontée, car elle est devenue dangereuse au fil du temps.
— Elle n'a pas le droit ! commence Léna. Ici, c'est chez les élèves, et les adultes doivent le respecter. C'est archifaux de dire que c'est dangereux !
— C'est parce qu'elle ne sait pas pour le passage ! Si on lui en parle, je suis sûr qu'elle changera d'avis, la calme Hicham.
— Tu penses vraiment que la maîtresse va nous croire, si on lui explique que la cabane de la cour est un passage magique vers le monde des Souhaits ? interroge Maëlla. J'ai plutôt peur qu'elle nous prenne pour des fous.
— Surtout que le maître des Souhaits nous l'a tous fait promettre : le monde des Souhaits doit rester caché ! Les adultes ne doivent jamais le découvrir. On a juste le droit d'inviter les nouveaux élèves ! tranche Léna.

La récréation est terminée. Il faut retourner en classe. Pendant la leçon de maths, Léna ne peut s'empêcher de repenser à sa première rencontre avec Louis, le maître des Souhaits. C'était la première fois qu'elle était montée dans la petite maison. Quand elle s'était assise à l'intérieur et qu'elle avait fermé les yeux, elle s'était retrouvée dans une vaste forêt, face à ce drôle de bonhomme, mi-garçon, mi-robot.
— Bonjour, je suis Louis. Quel souhait voudrais-tu que je réalise ? lui avait-il demandé.
— Demande-lui ce que tu veux, lui avait conseillé Hicham, qui était déjà là et se promenait assis sur le dos d'un énorme éléphant vert.
— Oui, n'hésite pas ! avait ajouté Maëlla, qui était en train de voler dans le ciel, avec de vraies ailes. Ici, les adultes ne peuvent pas dire que c'est impossible où que ça n'existe pas. Pense à ce que tu voudrais le plus au monde et Louis te le donnera  !
— Mais qui êtes-vous ? avait alors demandé Léna au petit bonhomme.
— Louis, le maître des Souhaits ! J'ai été créé par monsieur Arnaud, le premier directeur de cette école. Il était vraiment triste de voir que beaucoup de distractions empêchaient ses élèves de rêver. Il m'a donc inventé et a créé tout cet univers, où la seule limite est celle de ton imagination. C'est le monde des enfants : c'est vous qui fixez les limites de vos rêves ! Alors, quel est ton rêve ?
Léna avait demandé un dragon et l'avait eu. Depuis, elle passe régulièrement par la petite maison pour aller s'occuper de lui. Il est parfait : orange avec une belle crête mauve et surtout, il crache de magnifiques flammes bleues.
Si la maison est détruite, elle ne pourra plus s'occuper de lui ! Tout cela la rend très triste.

Le lendemain, en arrivant à l'école, tous les élèves sont très inquiets : il y a un camion de démolition près du grand chêne qui abrite la petite maison. Hicham se précipite à l'intérieur pour prendre des nouvelles de Louis. À son retour du monde des Souhaits, il a une très mauvaise nouvelle : Louis n'est vraiment pas en forme. Il crache des étincelles argentées.
Que faut-il faire ? Comment peuvent-ils l'aider ? Personne ne sait vraiment, mais tous sont très inquiets pour celui qui est désormais leur ami. Et puis, c'est compliqué : lui faut-il un médecin ou un réparateur ?
— Il faut prévenir madame Kramer, dit Léna.
— Mais elle n'est pas docteur, répond Maëlla.
— D'accord, mais elle sait toujours quoi faire quand on se fait mal, explique Hicham.
La décision est prise et très vite, la maîtresse se retrouve en bas de l'arbre, sous les yeux pleins d'espoir des élèves.
— Si l'un d'entre vous veut bien m'expliquer ce que je fais ici..., commence-t-elle.
— Il faut guérir Louis, s'il vous plaît, madame, lui explique Léna.
— Qui est Louis ? interroge l'institutrice.
— Celui qui nous laisse rêver encore un peu ! répondent ensemble tous les élèves.
Madame Kramer est perplexe, mais elle accepte de suivre Hicham et monte le fragile escalier. Elle se plie quasiment en deux pour entrer dans la petite maison et, comme le lui demande Hicham, elle ferme les yeux. En les rouvrant, elle manque de tomber en arrière. Elle n'est plus dans la cabane de la cour, mais au milieu d'une immense forêt. À ses pieds, un garçon qui ressemble à un robot se tord de douleur. De petites étincelles sortent de sa bouche.
— C'est Louis ! Il faut l'aider, s'il vous plaît, madame ! crie Hicham.

Sur le moment, la maîtresse reste immobile. Elle n'arrive pas à en croire ses yeux. Hicham a beau lui demander de l'aide, elle est fascinée par la forêt aux arbres violets qui lui rappellent vaguement quelque chose, les oiseaux en bulles de savon et les licornes de feu, qui se promènent à quelques mètres d'elle !
— Madame ! hurle Hicham, pour la faire réagir.
— Oui, pardon ! balbutie madame Kramer. Où sommes-nous ? ajoute-t-elle.
— Ce n'est pas le moment. Il faut déjà aider Louis, réagit Hicham.
— Tu as raison, dit la maîtresse, en se penchant vers le maître des Souhaits.
Il n'a vraiment pas l'air bien et il réagit à peine quand madame Kramer lui parle. Elle essaye de voir s'il a de la température, mais non ! Elle lui demande s'il a mal quelque part, mais il ne souffre pas ! Elle l'interroge alors pour savoir comment il se sent, et il répond qu'il se sent de plus en plus vide !
La maîtresse est de plus en plus paniquée. Elle voudrait bien aider Louis, mais elle n'a pas la moindre idée sur la manière de procéder. Elle demande alors à Hicham de tout lui raconter sur cet endroit. Il hésite. Elle insiste : il doit lui faire confiance pour qu'elle puisse aider son ami.
Hicham finit par tout lui dire. C'est là qu'elle comprend ! Elle se penche vers Louis et lui chuchote tout doucement quelque chose à l'oreille. Aussitôt, le maître des Souhaits bondit et lui saute dans les bras.
— Comment avez-vous fait ? demande Hicham.
— Je me suis rappelé, explique la maîtresse. Les arbres violets, c'était mon souhait à moi quand j'avais ton âge, mais j'avais oublié ! Quand tu m'as tout raconté, je me suis enfin souvenue de comment tout cela marchait et j'ai compris ! Louis ne peut exister que s'il permet aux enfants de rêver. Il est tombé malade, car il avait peur de ne plus vous voir si la petite maison disparaissait. Je lui ai donc promis de renvoyer le camion de démolition et de faire réparer la maison, pour que le monde des Souhaits continue d'exister pendant encore longtemps.
Depuis ce jour, la petite maison trône en haut du chêne, et tous les enfants qui la visitent peuvent y rencontrer Louis, le maître des Souhaits, pour qu'il réalise leur rêve le plus fou !

-- Illustration de Gabrielle Sibieude

Image de Louis, le maître des Souhaits
0

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires


Pour poster des commentaires,
Image de Alexis BELHADJ-TAHAR
Alexis BELHADJ-TAHAR · il y a
Cette histoire est belle! Ma fille s'est endormie avant d'entendre la fin mais moi ça m'a fait rêver en même temps!
Image de Anne K.G
Anne K.G · il y a
Merci beaucoup 🙂🤗