Le Vœu

Brune Hilde

4 min
657
lectures
28
Image de Le Vœu
Rien ne ressemble plus à une maman qu'une autre maman.

Un nez, deux yeux, une bouche, deux jambes et deux bras, un gros cœur dans lequel on peut se cacher, et puis elles sentent bon.

J'ai longtemps voulu croire que la mienne ressemblait aux autres.

Lorsqu'elle a été autorisée à venir me cueillir sur l'Arbre aux Enfants, ma mère a été mal aiguillée. Moi, j'ai poussé sur l'Arbre à Princes, arbre auquel elle n'aurait jamais dû avoir accès, le jour de la cueillette.

Ma mère, elle appartient à l'ordre des Osshin. Les Osshin capturent les étoiles filantes, c'est leur mission, la seule. On pourrait penser que ce sont des privilégiées, mais vous pouvez me croire, c'est un travail épuisant, car une fois que l'étoile filante est capturée, il ne suffit pas de la garder enfermée dans sa cage. Il faut d'abord lui apprendre à ne plus filer. Lorsqu'elle commence à se tenir à peu près tranquille, il faut lui démêler sa chevelure, la nourrir, lui apprendre à obéir, et enfin, à marcher en laisse pour être présentée au Palais des Nihsso, les reines.

Le matin de la cueillette des enfants, ma mère était arrivée tout essoufflée. Je crois qu'elle avait passé beaucoup trop de temps sur le choix de sa robe ; je dois avouer que lorsque je l'ai vue approcher de l'arbre aux Princes avec ses bottes en caoutchouc et sa robe en pâquerettes et boutons d'or, j'ai pensé qu'elle était bizarre pour une Nihsso. Mais son badge indiquait bien qu'elle en était une.

Son badge, elle l'avait simplement mis à l'envers... Et Osshin, à l'envers, ça fait Nihsso.

La sécurité l'avait placée dans la file des reines, et c'est ainsi qu'elle était arrivée à l'Arbre à Princes.
Pour choisir leur enfant, les mamans ont des milliers de combines. La mienne a fait des tas de grimaces et elle a choisi l'enfant qui a ri le plus fort. Elle m'a cueilli, perché sur ses épaules, et nous sommes rentrés ainsi, silencieux mais heureux tous les deux de nous être trouvés. Elle m'a appelé Livo.

Évidemment, à la fin de la cueillette, il manquait un prince, mais l'affaire fut étouffée en autorisant la reine à cueillir deux enfants sur les arbres de son choix. Elle a cueilli une petite fille blonde aux yeux noisette sur l'Arbre aux Osshin et un petit garçon sur l'Arbre aux Sampang, un ordre reconnu pour leur maitrise de l'art de la guerre.

Je me demande souvent à quoi ressemblerait ma vie dans un palais Nihsso. Il m'arrive de croiser des attelages royaux. Il y a tellement de chevaux pour tirer le carrosse que je n'ai jamais réussi à les compter. Je me suis arrêté à cent huit.

Bientôt je serai en âge d'accompagner ma mère pour la livraison des étoiles filantes. Nous en avons déjà parlé. Elle trouve que c'est une bien mauvaise idée. Elle a peur qu'on lui enlève son enfant, elle me l'a dit... ou bien que je la quitte pour mener une vie dorée de prince ; mais ça, elle ne me le dit pas.

En attendant ce jour, j'apprends les noms des grains de sable, je chevauche les plus dociles des nuages, et je nourris les étoiles filantes. Maman leur attrape des traces de bleu dans le noir de la nuit. C'est la seule Osshin à savoir faire ça. Elles adorent les traces de bleus et Maman a remarqué qu'avec le bleu outremer, elles conservaient plus longtemps le brillant de leurs chevelures. Évidemment, toutes les étoiles ont le pouvoir d'exaucer les vœux, même les plus curieux, mais les reines préfèrent s'adresser à une très belle étoile, comme si la réussite en dépendait. C'est la raison pour laquelle les étoiles filantes de ma mère sont très demandées par les Nihsso, et qu'on lui en donne un bon prix. Une bonne étoile filante peut lui rapporter jusqu'à vingt kiwis de mer. Avec les kiwis de mer, elle fait des tapis qui nous chatouillent les pieds.

Ce soir, ma mère joue du pipeau grave, celui qui a des notes qui tombent et s'enterrent dans le sable. Je l'entends bien, même si elle est sortie s'asseoir sur la balançoire pour ne pas me réveiller. Je sais qu'elle est triste et qu'elle a peur pour demain. Car demain je vais avec elle au Palais.

C'est moi qui tiendrai la laisse d'Estellane, la plus jeune des étoiles filantes. C'est ma préférée, je lui ai appris plein de tours et souvent elle fait le clown pour me faire rire.

***

Lors de la cérémonie des Vœux, neuf Osshin présentent leurs étoiles filantes. Lorsque nous sommes arrivés au palais, j'ai confié Estellane à ma mère. Un garde les a accompagnées au pied de la reine aux deux enfants, celle qui aurait dû me cueillir. Ma mère s'est assise en tailleur et m'a jeté un coup d'œil dont je me souviendrai encore longtemps. Les étoiles filantes se sont toutes enroulées au pied de leur maitresse Osshin. Presque toutes, car Estellane était très agitée, ma mère n'en venait pas à bout et les reines perdaient patience.

Je me suis caché derrière un pilier. Je commençais déjà à regretter d'être venu, mais ma fierté de voir Estellane exaucer le vœu de la reine m'avait poussé jusqu'ici. La curiosité aussi, c'est vrai. Estellane n'a pas eu grand mal à échapper à ma mère, elle est venue me rejoindre et s'est enroulée autour de mon cou comme une écharpe.

C'est la reine elle-même qui s'est levée pour venir nous chercher. Elle m'a pris par la main et l'a serrée si fort qu'Estellane s'est redressée furieusement sur mon épaule. La reine nous a fait asseoir vers ma mère et nous a ordonné à tous les trois de ne plus troubler la séance. Elle s'est adressée à l'assemblée :

— Cet enfant que vous voyez là est le mien. C'est le prince qu'on m'a volé le jour de la cueillette.

Elles ont aussi ça en commun les mamans, elles savent tout ! Ma mère m'a pris par les épaules et m'a serré contre son corps ferme mais tremblant. La reine n'avait qu'à formuler son vœu pour lui enlever son enfant. Estellane l'exaucerait, elle le savait. Dans un froissement de satin qui emplit la Salle des Vœux, elle s'est levée et a repris :

— Mon vœu est celui-ci...

C'est à cet instant que ma mère s'est évanouie.

—... Puisque cet enfant ne sera jamais prince, je veux qu'il soit Roi dans le cœur de celle qui l'a élevé.

Estellane s'est alors lancée dans le plus beau des spectacles. Elle rebondissait sur les piliers, allumait les candélabres sur son passage, sautait sur les genoux des reines, bousculant ainsi le protocole. Je crois que j'ai vu un soulagement dans les yeux des deux enfants de la reine. J'ai vu aussi des larmes dans ses yeux à elle quand elle est venue m'apporter le sac de jute plein de kiwis de mer. Elle a déposé un baiser sur mon front. Elle sentait bon.

Rien ne ressemble plus à une maman qu'une autre maman. Mais je n'aurais pas voulu en changer. Je veux garder la mienne avec sa tête en l'air, dans les étoiles, et ses bottes en caoutchouc.

Je n'épouserai pas de princesse, je ne lèverai pas d'armées. Je grandirai loin du Palais, en prenant soin de me faire définitivement oublier.

-- Illustration de Mathilde Ernst

Image de Le Vœu
28

Un petit mot pour l'auteur ? 16 commentaires


Pour poster des commentaires,
Image de Zut Alors
Zut Alors · il y a
C'est ton meilleur... Parmi plein d'autres !
Image de Marie Guzman
Marie Guzman · il y a
c'est d'une imagination à couper les tresses des étoiles quand elles sont capturées et bien élevées bien sûr ...
attendrissant et riche de sens ...

Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Une histoire belle et attendrissante ! Une magnifique imagination ! Bravo !
Image de A. Sgann
A. Sgann · il y a
Et c'est tant mieux ! Vivre un vie simple.
Image de Fantec XYZ
Fantec XYZ · il y a
Diantre ! Te voilà en jeunesse.
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
C'est pétillant et joyeux comme des bulles de champagne ! Je porte un toast de tendresse à toutes les mamans et à la mienne !
Image de Vincent Corbière
Vincent Corbière · il y a
Excellent. D’une certaine façon c’est admirablement décalé comme un raisonnement de Raymond Devos. Belle imagination. Bravo.
Image de LaNif
LaNif · il y a
C'est plein de fantaisie, j'ai adoré...
Image de Ralph Nouger
Ralph Nouger · il y a
Un joli conte pour enfant mettant en exergue les mamans.
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
C'est une très belle histoire
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Un texte profondément touchant, lumineux !
Image de Granydu57 Ww
Granydu57 Ww · il y a
Chauffée par une étoile filante, mon cœur à fondu, il ressemble à une pomme d'amour.
Que ne donnerait t'on pas à nos enfants ?

Image de Roger ALCARAZ
Roger ALCARAZ · il y a
C'est très très beau Brune, quelle magie, quelle lumière aussi belles que le coeur des mamans. La mienne me manque. Elle m'a toujours dit qu'elle veillerait sur nous, quand elle serait là haut, à briller parmi les étoiles.
Image de Josquin Peyceré
Josquin Peyceré · il y a
joli joli ! que d'amour et de sagesse !
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Une lecture toute en poésie et en tendresse.
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Bonjour Brune. J'ai beaucoup aimé. C'est amusant, tendre, loufoque, poétique et je vais aller de ce pas courir les champs me confectionner une robe en pâquerettes et boutons d'or :-) Une belle ode aux mamans !