Citrouille et Némo

Pierre Lieutaud

4 min
10 934
lectures
27
Image de Citrouille et Némo

Je suis papa, grand papa et médecin aussi. Les enfants attendent des grands qu’ils leurs racontent des histoires merveilleuses. C’est ce que j’essaye de faire. Mes histoires dorment au fond ... [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Sur la plage où les algues sont bercées par les vagues, un petit crabe solitaire se frayait un chemin dans les bulles d'écume. Il s'appelait Némo et il était amoureux de Citrouille, une petite arapède, un joli coquillage rond qui se colle aux rochers.
Tous les jours, il tapait doucement sur sa coque en lui disant :
— Je t'aime, viens avec moi.
Elle l'aimait, elle aussi, c'était sûr, mais quitter sa maison, son rocher, c'était impossible.
— Comment veux-tu que je renonce à ce rocher qui me protège. Si je le quitte, si je me décolle de lui, je suis nue, vulnérable. Les vagues m'emporteront et j'ai mille occasions de me faire dévorer par tous les prédateurs qui rodent tout autour.
Némo se demandait comment convaincre Citrouille pour qu'elle accepte de le suivre. Il regarda le fond de la mer tout autour. Du sable à perte de vue, deux anémones discutaient sans se soucier d'eux, un peu plus loin une grande nacre rêvait. Tout était calme.
— Écoute-moi bien, Citrouille, j'ai une idée, voilà ce que tu vas faire : tu te décroches du rocher, tu glisses sur ma carapace, tu t'accroches bien dessus... Et hop ! Nous partons en voyage de noces.
— Je suis d'accord, répondit Citrouille en lâchant son vieux rocher.
Mais juste au moment où elle allait s'accrocher sur Némo, une petite vague qui venait du large et s'en allait dormir sur la plage l'emporta. Némo vit passer sa bien-aimée qui virevoltait dans l'écume en faisant de grandes cabrioles...
Le fond de la mer qui paraissait si calme devint alors menaçant. Deux murènes dont la tête sortait de trous de rochers ouvraient leurs bouches avec des centaines de petites dents pointues comme des clous. Un banc de mulets affamés qui passait dans l'écume s'intéressait aussi à Citrouille, et même un rouget qui somnolait au fond s'était réveillé...
Citrouille était ballotée par les vagues, aspirée vers le large, repoussée sur le sable. Némo essayait de la suivre, mais il n'y arrivait pas.
Si elle retournait dans la mer, ils étaient tous là prêts à la dévorer, si elle s'échouait sur le rivage elle mourait très vite desséchée par le soleil. Là-haut, une vieille mouette en quête d'un bon repas tournait dans la brise de mer en faisant de grands ronds au-dessus de Citrouille.
C'est à ce moment qu'elle glissa sur une surface lisse, régulière, au milieu des algues du bord de mer. Un abri inespéré !
— Némo, je m'accroche à ce rocher, cria-t-elle de toutes ses forces, nous nous reverrons plus tard...
Ce rocher tout rond était un petit ballon qu'un enfant avait envoyé sur les vaguelettes. Citrouille s'accrocha du plus fort qu'elle put. Quand l'enfant prit son ballon, Citrouille était accrochée dessus. Il n'avait jamais vu de coquillage pareil et il demanda à sa maman :
— C'est quoi, ce caillou plat collé à mon ballon ?
— Mais c'est une petite arapède, nous allons la détacher délicatement et tu iras la poser dans l'eau contre un rocher. Tu vas voir, elle se collera dessus comme sur ton ballon.
C'est ce qu'il fit. Citrouille but une gorgée d'eau de mer pour se donner des forces et d'un seul coup elle se colla au rocher.
Pendant ce temps, Némo, désespéré, longeait le rivage, plongeait dans l'eau et demandait à tous ceux de la mer, méduses, bigorneaux, huîtres, rascasses, limandes, grondins :
— Avez-vous vu Citrouille ? Je l'ai perdue dans un remous du rivage.
— Mais c'est qui Citrouille ? dirent-ils en cœur... Tu te mets dans un drôle d'état, mon pauvre Némo.
— La petite arapède de ma vie. Aidez-moi à la retrouver, je vous en supplie.
Alors, le voyant si malheureux, ils se mirent à la queue leu leu et ils suivirent le rivage à la recherche de Citrouille. Après le banc de sable, ils la trouvèrent très vite, affolée, collée de toutes ses forces sur un rocher, le bord de sa coque effrité par tous les chocs et cabrioles.
Némo s'approcha d'elle, il fit glisser doucement ses pinces sur sa coque ébréchée et il lui dit :
— Ma pauvre Citrouille, reste accrochée au rocher, je m'installerai dans le trou à côté et nous serons heureux...
Maintenant, le soir, quand les vagues s'endorment, si vous passez près du rocher de Citrouille et Némo, vous verrez monter de petites bulles d'eau... C'est Citrouille qui dit des mots d'amour à Némo... Et lui, il lui joue un petit concerto en grattant la mousse et le rocher avec ses petites pinces.

 

 

 

 

 

 

 

-- Illustration de Mathilde Ernst

Image de Citrouille et Némo
27

Un petit mot pour l'auteur ? 11 commentaires


Pour poster des commentaires,
Image de Céline Brocart
Céline Brocart · il y a
Jolie petite histoire
Image de Aslouki Mel
Aslouki Mel · il y a
Plein d amour❤
Image de Mica Deau
Mica Deau · il y a
J'adore !
Image de Philippe Léon
Philippe Léon · il y a
Trop bien écrit ! Bravo !
Image de Daisy Reuse
Daisy Reuse · il y a
De si jolies histoires, on les adore à tout âge !
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Trop mignon ! Merci pour cette adorable histoire qui sent bon la mer , le sable et le vent .
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Oh ! trop joli ! Merci ... ça fait du bien !
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Que c'est beau, l'Amour!
Image de Granydu57 Ww
Granydu57 Ww · il y a
Trop mignon, la fin est merveilleuse, un air musical des bords de mer🎵🎶
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
C'est très mignon ! Merci beaucoup, Pierre ! 😊😘💖
Image de Virginie Denise
Virginie Denise · il y a
En voilà une bien charmante histoire.