Bonhomme VS Papi

Volsi Maredda

6 min
2 289
lectures
33
Image de Bonhomme VS Papi

J'ai 13 ans. Je vis seul avec ma mère, mais ma mère est malade. Ça fait grandir, la maladie.

J'ai 13 ans, mais parfois, j'ai déjà l'impression d'être un adulte. J'essaie de m'occuper de tout, au mieux pour elle. Je fais les courses, à manger, la vaisselle.

Au collège, c'est souvent compliqué parce que je n'ai pas la place ni le temps d'assurer mes devoirs et que je ne peux pas me permettre de me retrouver collé parce que ma mère a besoin de moi... mais ça, les profs, ils ne le comprennent pas. Alors je dis : « Oui, Monsieur, excusez-moi », « Je suis désolé, Madame, je le mettrai dans votre casier », « Pardonnez-moi, Monsieur, pour le retard ». Bref, je m'écrase, je n'ai pas le choix, mais je ne lâche rien, j'ai ma fierté. La vie, ce n'est pas un conte de fées. Elle a ses hauts, ses bas, et moi, ses bas, je les connais bien. Mais je suis un gars optimiste, c'est probablement la seule solution pour s'en tirer.

Même si mes copains savent ce que je vis, ils ne le comprennent pas. Je crois que si tu n'as pas vécu ce que je vis, en fait, tu ne peux pas comprendre. Pourtant je fais comme s'ils me comprenaient et comme si on était pareils. Je fais comme eux. C'est ça la vie en société. J'envoie des snaps à pas d'heure, je dis que la prof de physique elle est grave nulle et qu'elle me gave, que Morgane, c'est clair, c'est la plus stylée du collège... Bref, je fais comme si tout allait bien.

Mais ce n'est pas simple quand dans la vie, ce n'est pas vraiment comme ça que ça se passe.

Pourtant, depuis que j'ai rencontré ce papi, ma vie est un peu moins pourrie.

 

C'était presque l'heure de manger, je n'avais pas faim mais le frigo était vide et il fallait bien que je nourrisse ma mère. Dans le super supermarché, j'arpentais les rayons, liste et stylo calés dans la poche arrière de mon jean. Devant moi, il y avait un petit vieux, cheveux blancs, lunettes cerclées d'écailles, pantalon de velours côtelé, chemise à carreaux ouverte de trois boutons sur un maillot de corps, le genre de modèle qui n'existe plus dans la vraie vie.

Nous avions pris la même allée. Comme j'arrivai à sa hauteur, il m'interpella :

— Tu me suis, bonhomme ?

J'avais envie de le surprendre. Pourquoi ? Je ne sais pas trop mais sa tête me revenait bien, c'était juste une manière d'engager la conversation. D'ailleurs, c'était lui qui avait commencé alors j'ai répondu sans me démonter :

— J'essaie, mais ce n'est pas facile. Vous êtes plutôt vif pour votre âge.

Je savais bien que je frôlais l'impertinence, mais c'est bien, parfois, de bousculer les choses pour voir ce qu'il se passera. Et puis, les vieux, il ne faut pas se leurrer, ils ont quand même un sacré vécu alors ils sont blindés contre les piques des petits morveux comme moi.

Pour faire passer ma réflexion, je l'accompagnai d'un grand sourire qui fit son effet, l'air de rien. Le petit vieux choisit son huile d'olive, je pris une bouteille d'huile d'arachide, ce n'est pas cher et ça va très bien.

Il continua, tourna. Je continuai, tournai. Nous avions apparemment la même façon d'opérer.

Devant les portes vitrées de l'étal de viande, alors que j'attendais qu'il choisisse, il me dit :

— Maintenant qu'on se connaît un peu, qu'est-ce que je pourrais manger à midi ?

— De l'agneau... ça semblait vous tenter. C'est bien l'agneau.

— Hum... mais je n'aime pas le gras. C'est un peu gras, l'agneau.

— Alors, du veau. Ce n'est pas gras, le veau. Regardez, là, ces deux petites escalopes... Ou du poulet, moi je trouve que le poulet c'est facile à cuisiner et puis ça va bien avec tout.

— Parce que c'est toi qui cuisines ?

Sa question était spontanée, super directe, je n'ai pas eu le temps d'esquiver.

— Oui, c'est moi. Ma mère est malade.

— Ah... Tu sais, bonhomme, la vie ne fait pas toujours de cadeaux.

Sa réponse était basique, un peu passe-partout, mais propre. Il ne s'est pas étendu, pas apitoyé et on a repris notre petit jeu de vas-y que je te suis dans tout le magasin.

Rayon suivant, il était encore là.

Arrivés tous deux au niveau des boissons, dernière allée du supermarché, je pris un pack de Coca et de l'eau de source pour ma mère. Il prit une bouteille de vin et jeta un œil à mon caddie :

— Tu as vu, bonhomme, on a à peu près le même volume. On passe tous les deux à la caisse et on compare après pour savoir qui a payé le plus cher, d'accord ?

— Ben, le vin, c'est plus cher que le Coca... lui rétorquai-je. Mais d'accord, Monsieur, on fait ça !

Je choisis une caisse. Il vint se poster derrière moi :

— Oui, j'aime autant te tenir à l'œil, histoire que tu respectes notre pacte. On a dit qu'on comparait. Je préfère être là quand on t'annoncera la somme à payer au cas où tu perdes le ticket, comme par hasard.

— Je vois que la confiance règne, m'empressai-je d'ajouter.

Ma note réglée avec la carte de ma mère, j'attendais sagement au bout de la caisse que le petit vieux ait payé la sienne... quand, d'un coup, au moment où passa sa bouteille de vin, un Médoc, ce qui me fit bien rigoler – tu parles comment ça doit soigner –, il me dit :

— Celui qui a la note la moins chère invite l'autre à manger !

J'aime jouer, je répondis sans réfléchir :

— OK !

Décidément, c'était n'importe quoi ce vieux !

Il paya, on compara les notes, la mienne était moins élevée. Normal, je m'en doutais... mais ça tombait bien. Je ne sais pas comment j'aurais expliqué à ma mère que je mangeais chez le vieux du supermarché.

Je ne me démontai pas :

— En sortant, vous prenez la première rue à droite. On n'est pas loin, au numéro 4. Je pose les courses, j'explique à ma mère qu'on a un invité et je viens vous chercher.

— D'accord, bonhomme. Elle aime le vin, ta mère ?

Je n'ai pas pu m'empêcher :

— Je ne sais pas, mais je peux vous dire qu'en médocs, elle s'y connaît.

Un sourire contrit s'afficha sur son visage, mais quand il vit mes yeux pétiller, il se reprit aussitôt :

— Eh bien celui-ci, tu lui feras goûter les yeux fermés. On verra si elle reconnaît !

 

Je n'ai pas mis longtemps à préparer ma mère à l'idée de ce curieux invité, j'ai fait des blancs de poulet et du riz pour le repas et le vieux a ouvert son Médoc même si ce n'était peut-être pas un repas qui allait avec ça, je ne sais pas. Ce que je sais, par contre, c'est que ce repas a mis un peu de soleil dans nos vies et que, depuis ce pari perdu, j'ai gagné un papi.

Depuis trois mois, il vient tous les samedis et, ce jour-là, c'est lui qui fait les courses et prépare à manger pendant que je finis mes devoirs pour le lundi.

-- Illustration de Gabrielle Sibieude

Image de Bonhomme VS Papi
33

Un petit mot pour l'auteur ? 37 commentaires


Pour poster des commentaires,
Image de Nathan RIBEIRINHO
Nathan RIBEIRINHO · il y a
J'adore ! Merci pour cette belle histoire...
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
C'est gentil d'avoir laissé un commentaire pour me faire part de votre enthousiasme ! Merci
Image de JAC B
JAC B · il y a
Eh! Oui, les vieux ça peut encore servir! Merci Volsi c'est tendre et spontané.
Image de Volsi Maredda
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
C’est joli, c’est positif, c’est réaliste, et ce n’est pas gnangnan. J’ai adoré cette petite histoire, même si je suis une adulte !
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci Annabel !
Image de Patricia Destrade
Patricia Destrade · il y a
On mérite tous de rencontrer un papi comme ça... Une histoire rapide et bien menée!
Image de Volsi Maredda
Image de Jean-Yves Robichon
Jean-Yves Robichon · il y a
"Je crois que si tu n'as pas vécu ce que je vis, en fait, tu ne peux pas comprendre." C'est tellement vrai, quel que soit l'âge que nous avons.
J'aime beaucoup ce texte pour la jeunesse; mais pas pas que …

Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci beaucoup Jean-Yves !
Image de La Nif
La Nif · il y a
C'est pas mal du tout ! Pas gnangnan pour un sou ...Bravo !
Image de Volsi Maredda
Image de نور الهدى
نور الهدى · il y a
Moi au début je trouvais que c'était triste car il n'a pas le temps d'être un garçon normal et je n'ai pas changé d'avis même si il y a un peu de soleil dans sa vie
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
On est tous confrontés à des difficultés, c'est ainsi qu'est la vie. L'aimer c'est savoir apprécier pleinement chaque rayon de soleil. Celui qui est capable de ça, quelle que soit sa situation de départ, saura en extraire la beauté.
Image de Pixis
Pixis · il y a
Comment ne pas aimer ce texte ? Il remonte le moral ! Il y a des gens bien dans ce vaste monde, pas seulement des brutes et des égoïstes. En voici un très bel exemple.
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci ! Oui, bien sûr qu'il y a des gens bien !
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Il suffit d'une rencontre pour que tout s'illumine , la vie a des hauts et des bas , vous le dites avec simplicité .
C'est l'entrée d'une autre vie dans une vie finie, qui lui donne ce relief incomparable. Une heureuse connexion.
Merci pour ce joli texte , si fort dans sa narration posée.

Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci, Ginette. Toujours de beaux commentaires.
Image de Jean-Yves Duchemin
Jean-Yves Duchemin · il y a
...
Image de Volsi Maredda
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Une jolie histoire. Et ce qui me plait,c'est qu'elle dépasse largement le contexte "récits pour la jeunesse"
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
J'aime pas bien les cadres :) Merci, Paul.
Image de Eric Demens
Eric Demens · il y a
J'ai adoré ! Quelle belle histoire ! Bravo.
Image de Volsi Maredda
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
J'aime beaucoup ! la vie pourrait être plus simple si on faisait tomber quelques barrières ...
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Je suis contente que tu sois passée, Eva. Merci beaucoup.
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Que c'est charmant! Que c'est frais! Que c'est... oh que la journée commence bien! Bravo Volsi, bravo!
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
merci, merci, Phil !
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Adorable !
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci, Patricia, contente de te voir ici !
Image de Ninn' A
Ninn' A · il y a
Il arrive parfois qu'une main se tende. J'ai apprécié cette histoire de papy gratuit trouvé au supermarché :-)
Image de Volsi Maredda
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Très joli récit qui m'a autant amusée qu'émue. Bravo !
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci, Joëlle, d'être passée par là !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Et j'ai oublié de dire également bravo à l'illustratrice : la vignette est TRES réussie !
Image de Virginie Denise
Virginie Denise · il y a
Elle est très touchante cette histoire.
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci Virginie !!