Short Edition

Petite graine

Régine Raymond-Garcia

Dans le Sud de la France, à Aubagne plus exactement, Lucie habite pour quelque temps avec ses grands-parents, dans une jolie maison aux volets bleu lavande.
Ses longs cheveux châtain clair descendent en cascade sur ses épaules. Ses yeux gris-vert pétillent de malice mais, il arrive aussi parfois qu’ils se remplissent de larmes.
Elle trempe ses lèvres dans la grenadine. Sa petite bouche s'ourle de rouge. Avec sa langue, elle fait disparaître la trace illico presto. Elle savoure les de mamie Rose et lèche un à un ses doigts recouverts de sucre fondu. Son goûter terminé, elle se promène dans le jardin.
Un lézard se réchauffe aux rayons du soleil. Tout doucement, Lucie s’approche pour le surprendre. A peine pose‑t‑elle la main dessus qu’il s’échappe ! Sur le sol, sa queue coupée bouge encore. Qu’a‑t‑elle fait ? Il doit avoir mal… Puis, elle se rappelle les paroles de Papi Gilles
— La queue des lézards repousse rapidement, tu sais.
Réconfortée, elle poursuit un magnifique papillon jaune orangé. Sa maman aime beaucoup les papillons colorés. Elle reviendra la chercher, elle a promis, dès qu’elle aurait un nouveau travail et un appartement…Mais Lucie n’a plus de ses nouvelles depuis…elle ne sait plus. C’est tellement long sans elle !
Le papillon se déplace en zigzaguant. Il semble chercher sa route. Ou peut-être le fait‑il exprès pour échapper à Lucie qui lui court après ? Il se pose enfin sur une fleur aux larges feuilles. Elle essaie de l’attraper mais, d’un battement d’ailes, il s’envole.
Elle se penche doucement vers la jolie fleur. Les grandes personnes disent qu’il ne faut pas casser les tiges des fleurs. Tant pis ! De toute façon, elle commençait à faner. Lucie l’arrache, enlève les pétales un par un. À l’intérieur, elle découvre une petite boule noire cachée. Ses doigts habiles la récupèrent au fond du . Elle la tourne et la retourne entre le pouce et l’index.
— Qu’est-ce que ça peut être ? Elle pressent qu’il y a une vie là-dedans… Est-ce un petit insecte ? Elle la pousse alors du bout de ses ongles arrondis.
— Ça ne bouge pas, ce n’est pas un insecte, ça fait partie de la fleur…
Elle la scrute longuement.
Elle court vers Papi Gilles les doigts bien resserrés. Excitée par sa découverte, elle a du mal à reprendre son souffle :
— Papi Gilles ! Papi Gilles ! Regarde ce que j’ai trouvé dans la fleur ! Qu’est ce que c’est ?
Papi Gilles a des yeux bleu myosotis cerclés par des lunettes rondes et de petites rides barrent son front. Occupé à peindre un joli paysage, il sursaute en riant. Avant de répondre à Lucie, il se nettoie les mains avec soin. Il prend la boule noire et la fait rouler dans la paume de sa main.
Lucie est sûre qu’il pourra lui répondre. Il sait plein de choses intéressantes. Il regarde attentivement la boule durant des secondes interminables.
Soudain, ses yeux s’éclairent.
— C’est une graine. ! Plantons-la dans un petit pot et bientôt elle se transformera en une magnifique .
Lucie est ravie et tape dans ses mains. Il pose la graine dans sa paume qu’elle referme avec précaution. Ils traversent le jardin pour pénétrer dans le royaume de Papi Gilles, un garage rempli de bric et de broc. Elle aime beaucoup cet endroit où elle trouve mille et un trésors : des objets aux formes bizarres qui servent à elle ne sait quoi, des bouts de ficelle et des boîtes et bien d’autres choses encore…
Il y a aussi des outils dangereux comme les scies, les marteaux, les haches pour couper le bois. Papi Gilles lui a raconté l'histoire du petit garçon qui s’est entaillé le doigt avec une scie.
Ensemble, ils inspectent les étagères. Lucie aperçoit un pot en verre qu’elle a décoré à l’école. Elle a peint dessus un grand soleil jaune et sa maman en robe blanche. Elle l’a offert à Papi Gilles, persuadée qu’il s’en servirait. Elle se hisse sur la pointe des pieds et s’étire au maximum, sans succès. En riant, il la porte pour l’aider à attraper le pot. Elle le pose sur l’établi, fière d’y être parvenue. Ils prennent ensuite le sac de terreau, un peu de terre, et mélangent l’ensemble. Ils remplissent le récipient et y enfouissent la graine.
— Voilà. Il faudra l’arroser chaque jour. Dès qu’elle sera suffisamment robuste, nous la replanterons dans la jardinière. Et nous aurons bientôt une jolie fleur. Une petite graine a besoin d’eau, de lumière et de beaucoup d’amour pour s’épanouir et grandir.
Ils décident de mettre le pot sur la fenêtre du garage, un endroit ensoleillé et à l’abri du vent.

Le lendemain, au saut du lit, Lucie se précipite pour aller voir sa fleur. Quand elle arrive devant le semis, quelle déception ! La terre brune n’a pas bougé, les feuilles n’ont pas poussé. La graine est morte. Des larmes incontrôlables coulent sur ses joues roses. Papi Gilles essuie le visage de Lucie avec son mouchoir et lui explique que la graine est toujours là. On ne le voit pas, mais elle a déjà commencé à se transformer. Lucie est triste. Peut-être que la graine refuse de pousser parce que sa maman est loin…
Lucie mange très peu. Pourtant Mamie Rose est un vrai . Ses grands-parents déploient des efforts d’ingéniosité pour lui faire avaler son repas. Mais Lucie ne veut plus grandir.
Si elle grandit trop vite, sa maman, à son retour, ne la reconnaîtra plus.

Quelques jours plus tard, un petit germe perce enfin la surface de la terre. On peut apercevoir de minuscules feuilles. Lucie saute de joie et Papi Gilles dit que le moment est venu de le . Ils choisissent un emplacement idéal, ensoleillé et à l’abri du vent. La jardinière, sous la fenêtre de la chambre de Lucie, exposée à l'est sera parfaite !
Binette en main, elle creuse et plonge ses doigts dans la terre toute fraîche. Quel délice ! Pouvoir se salir sans se faire gronder ! Elle parvient à faire un trou assez profond pour son trésor. Elle enfouit la jeune pousse dans le terreau, en prenant soin de laisser les feuilles à la surface. Satisfaite de son travail, elle rentre à la maison et colle son visage sur la vitre pour mieux la contempler. Tout à coup, le ciel jusque-là dégagé, s’assombrit. De gros nuages se pourchassent. Des éclairs illuminent le ciel. Le tonnerre gronde de plus en plus. L’orage éclate, l’eau ruisselle sur les carreaux. Lucie pense à sa petite graine, seule, dehors, sans personne pour la protéger.
— Papi, s’il pleut trop fort, ma graine va être chassée de son lit de terre ! Elle ne pourra plus pousser et devenir une belle fleur !
— Ne t’inquiète pas Lucie ! Au contraire, l’eau va l’aider à grandir. Ce n’est plus tout à fait une graine, à présent. Ses feuilles ont commencé à s’allonger. Et puis, son lit de terre la protège suffisamment.
Elle est à moitié réconfortée. L’orage s’est calmé mais la pluie tombe toujours. Il est bientôt l’heure d’aller dîner et Mamie Rose vient la chercher. Elle réconforte Lucie.
— Ne te chagrine pas ! Ta fleur deviendra grande et robuste grâce à l’amour que tu lui portes… Viens. Je t’ai préparé une bonne soupe avec les légumes du jardin que tu m’as aidée à ramasser ce matin.
À regrets, Lucie s’attable. Elle s’efforce de manger le potage pour ne pas peiner Mamie Rose. Hum ! La soupe lui plaît. Elle la termine rapidement.
Elle se glisse entre les draps chauds. Ses pensées ensommeillées s’envolent vers son petit trésor grandissant.
Dans la nuit, la belle-de-nuit se met à pousser, à pousser, à pousser …
Les pétales, un à un, s'entrouvrent avec délicatesse.
Le lendemain matin, Lucie court à la fenêtre. La graine noire s’est métamorphosée en une belle-de-nuit rose et jaune.
Lucie entend le joyeux carillon de l’entrée. Mamie Rose ouvre la porte.
— Maman ! Lucie court se réfugier dans ses bras. Viens vite ! J’ai un trésor à te montrer.
Elle l'emmène au jardin.
— Oh, quelle jolie fleur, elle est magnifique.
— Elle s’appelle Belle-de-nuit, c’est un joli nom, tu ne trouves pas ?
— Oui… Lucie, j’ai une grande nouvelle à t’annoncer. J’ai trouvé un travail et bientôt, nous pourrons vivre à nouveau ensemble.
La jolie voix de sa maman emporte Lucie dans un tourbillon de bonheur. Que c’est bon d’être dans ses bras !

_______

Illustration de Delphine Garcia
Régine Raymond-Garcia

Régine Raymond-Garcia

Régine Raymond-Garcia travaille au sein d'une bibliothèque universitaire à Marseille et anime des ateliers d’écriture. Toute petite, elle est tombée dans la marmite des mots ! Son imagination la transporte du monde des grands à l'univers des petits. Elle voyage ainsi sur des cargos ...   [+]

Lire ses œuvres
Le p'tit plus de Bob

Savez-vous planter des choux ?

Même sans jardin, tu peux jardiner à la maison.
Pour créer une mini serre, prends une grande bouteille en plastique et fait une entaille sur toute sa longueur. Perce le fond de la bouteille pour que l’eau s’écoule quand tu arroseras tes semis. Ensuite, met du terreau dans le fond de la bouteille. Il te reste à planter tes graines : radis ou fleurs ? Ensuite, mets là bien à la lumière et pense à arroser.

A découvrir

Du même thème

J’attends les clefs

De la même durée

La doublure du Père Noël

De la même durée

Le sourire perdu d'Amélie Jones (2)