Short Edition

La doublure du Père Noël

Justine Roux

Il était une fois, au Pôle Nord, le Père Noël.
Le Père Noël était très âgé et commençait à être fatigué. Ses rhumatismes et son embonpoint prononcé l'empêchaient même de descendre dans certaines cheminées, si bien qu'il était inquiet pour le Noël à venir. Il songeait sans cesse au mal qu’il aurait à assurer sa tournée. Son anxiété était telle, qu'il se surmena et tomba malade, à un mois à peine de la grande nuit.
La distribution de cadeaux était compromise, Noël était en grand péril ! Il fallait de toute urgence trouver une solution.

Un petit groupe de lutins eut alors une idée farfelue pour sauver Noël : ils allaient trouver quelqu'un capable de jouer le Père Noël le temps d'une nuit, à la manière des doublures de cinéma !
Leurs visages réjouis et enthousiastes eurent tôt fait de convaincre le Père et la Mère Noël. C'était la meilleure solution pour soulager le Père Noël, sans compromettre le bon déroulement de la fête.

Les lutins se mirent au travail.
La première étape consistait à sélectionner des candidats potentiels dans la liste des enfants sages devenus adultes. Les archives n'ayant jamais été classées, il y en avait partout. Des centaines de milliers de listes de noms dans un désordre inimaginable. La tâche s'annonçait difficile, mais les lutins, toujours optimistes, étaient bien déterminés à tout faire pour trouver la perle rare. Ils retroussèrent leurs manches et se lancèrent à l'assaut des montagnes de listes.
Il leur fallut deux jours entiers pour tout remettre en ordre et retrouver la liste des enfants sages susceptibles de correspondre au profil recherché.

Enfin, ils obtinrent une pré-sélection. Chaque lutin y allait de son commentaire.

— Théo Gredin, le pauvre. Il porte très mal son nom, c'est un garçon adorable.
— Elisa Dupuis ! Je me souviens d'elle. Son cadeau s'était cassé dans la hotte, ça avait été une véritable catastrophe.

***

Finalement, au bout de quatre jours de relecture, d’élimination, de sélection à la recherche du profil idéal, il ne restait plus qu’une douzaine de prétendants. Le Père Noël examina attentivement leurs profils et donna son accord.

A présent, il s’agissait d’envoyer un courrier aux candidats. C’était la seconde étape.
L'annonce était très brève :

« Recherche cascadeur pour assister le Père Noël dans sa tournée.
Discrétion exigée. Pour plus de renseignements, contacter le Père Noël au Pôle Nord
ou envoyer un mail à lutinsduperenoelofficiel@polenord.com.»

Le message fut relu, puis validé par la Mère Noël. Les lutins l’envoyèrent dans de jolies enveloppes vertes et rouges.

Il ne restait plus qu'à espérer que les jeunes hommes répondraient vite.
Il ne restait que vingt-et-un jours avant Noël.

Le premier candidat pressenti s'appelait Achille et travaillait comme mécanicien dans un garage. Il crut que l'étrange courrier était une farce de ses collègues et le jeta à la poubelle. De toute façon, il préférait de beaucoup les belles voitures à un traîneau, fut-il magique.

Le deuxième, un certain Louis, était maire d'un petit village de province et rêvait de devenir un grand politicien. Bien que Père Noël lui sembla être un poste enviable et populaire, il s'imaginait mal vivre au Pôle Nord, entouré de lutins indisciplinés. Il déclina donc aimablement la proposition.

Le troisième, Colin, directeur dans un hôtel, était un homme très occupé. Il ne fit pas vraiment attention à la lettre des lutins et l'oublia sur la table de nuit d’une des chambres de l'hôtel.

Constatant que cette méthode n'était pas concluante, les lutins décidèrent de se déplacer eux-mêmes chez les candidats suivants.

C'est ainsi qu'Ernest, violoniste talentueux, fut dérangé un dimanche matin, en pleine répétition, par de drôles d'enfants habillés de façon excentrique. C'est du moins ce qu'il pensa lorsqu’il claqua la porte au nez des lutins, sans même leur avoir laissé le temps de s'expliquer.

Günter, le cinquième sur la liste, était boulanger. Il écouta longuement et patiemment les petits lutins, sans rien dire. Quand ils eurent terminé d’exposer les différents critères de leur casting, il leur sourit gentiment et leur offrit une petite bûche de Noël pour les remercier de cette charmante histoire, avant de fermer sa boutique.

Les lutins avaient bien du mal à comprendre pourquoi personne ne semblait prêt à les aider alors que Noël approchait et qu'ils n'avaient toujours personne pour distribuer les cadeaux.

Ils décidèrent de revêtir chemise, veste et cravate afin qu'on les prenne plus au sérieux. Cela n’arrangea rien… dès qu'ils évoquaient le Père Noël, les portes se refermaient.

Il ne resta bientôt plus qu'un seul nom sur leur liste.

Il s’agissait de Gaëtan, qui vivait sur la côte Atlantique et était moniteur de surf. Les lutins l'abordèrent un soir, alors qu'il se reposait sur le sable, contemplant le soleil couchant. Le moniteur de surf eut bien du mal à contenir son fou rire quand il les vit arriver sur la plage avec leurs costumes trop grands.

Insistant sur l'urgence de la situation, les lutins s’appliquèrent à convaincre Gaëtan. Cette fois, le candidat sembla s’intéresser à leur problème et prit le temps de réfléchir.
Cela l'embêtait de savoir Noël en péril mais, il avait déjà un projet très personnel pour le réveillon. Il comptait demander sa compagne en mariage le soir du vingt-quatre décembre. Et, navré, il déclina la proposition.

Désespérés, les lutins rentrèrent au Pôle Nord.
Sans doublure pour le Père Noël la distribution de cadeaux ne pouvait pas avoir lieu.
Et cette fois, ils étaient à court d'idées.

Il ne leur restait plus qu'à espérer un miracle.

***

Alors que le Père Noël se reposait, pour reprendre quelques forces, la sonnerie de son téléphone retentit.

— Bonjour, je m'appelle Armand Noël et j'appelle pour l'annonce !

Dès le lendemain, Armand arriva au Pôle Nord.
Il avait trouvé l'annonce abandonnée sur une table de nuit dans un hôtel où il séjournait et, pensant que son profil pourrait convenir, il avait appelé. Et puis, se disait-il, avec un nom pareil, il fallait tenter sa chance.

Enfin !
Le réveillon était dans moins de dix jours mais Armand était très motivé. Il entama aussitôt sa formation auprès des lutins, surexcités par son arrivée miraculeuse.

Passionné de géographie, il apprit rapidement à situer chaque ville dans le monde entier, des grandes capitales jusqu’au plus petit village.
Il s'avéra également très doué dans la gestion des listes de cadeaux. Armand montrait une application particulière et un sens de l’organisation hors du commun. Il était vraiment le candidat idéal !
Toutefois, le plus délicat était d'apprendre à descendre dans les cheminées. Il devait réussir à glisser avec un lourd sac de cadeaux sans se faire mal mais également sans se salir. La moindre tache de suie aurait été du plus mauvais effet sur un costume de Père Noël.

Deux jours avant le réveillon, Armand était fin prêt !
Il ne lui manquait plus que l'essentiel...
La Mère Noël le convoqua alors dans son atelier. Sur un mannequin, se trouvait un véritable costume de Père Noël, réalisé sur-mesure, pour lui. Armand fut très ému en l'essayant. La Mère Noël attrapa sur une coiffeuse un poudrier en or et ajouta sa touche personnelle pour achever la métamorphose. Lorsqu'il croisa son reflet dans le miroir, le jeune homme n'en crut pas ses yeux ! Il avait maintenant une magnifique barbe blanche et des sourcils cotonneux.
La ressemblance avec le Père Noël était frappante !

Le lendemain, les lutins remplirent la hotte du Père Noël, bientôt débordante de cadeaux.
Tout était fin prêt pour la grande nuit.

***

Armand observait tout cela l’air inquiet. Il appréhendait un peu… S'il échouait dans sa mission, la fête de milliers d'enfants serait gâchée. Il ne dormit presque pas de la nuit, à la fois anxieux et excité.

— C'est Noël ! Debout c'est Noël !

Les lutins sautaient partout, les rennes se trémoussaient, impatients de décoller. Leur joie était contagieuse. Armand et le Père Noël, qui avait tenu à l’accompagner, s’installèrent à bord du traîneau.

Le fouet claqua et ils s'envolèrent. Très vite, ils atteignirent la première maison. Armand se glissa dans la cheminée, comme à l'entraînement. Il déposa les cadeaux au pied du sapin et repartit discrètement. Il en fut ainsi toute la nuit.
Le lendemain, quand les enfants se réveillèrent, des montagnes de présents les attendaient. Noël avait finalement eut lieu sans encombre.

Au retour de la tournée, le Père Noël convoqua Armand dans son bureau.
Il était vieux et fatigué et il avait transmis tout ce qu'il savait au jeune homme. Ce dernier s'était avéré le candidat idéal et avait véritablement sauvé Noël.
Alors, il lui donna ses pouvoirs.

C'est ainsi qu'Armand Noël devint le nouveau Père Noël.

_______

Illustration de Clémence Itssagua
Justine Roux

Justine Roux

Étudiante en biologie, je suis passionnée de lecture et d'écriture depuis toute petite et aime m'évader dans des mondes fantastiques peuplés de personnages extraordinaires faits d'encre et de papier.

Lire ses œuvres

A découvrir

Du même auteur

Que la magie scénique vous accompagne !

De la même durée

Le terrible volcan de Vénus (3)

De la même durée

Le sourire perdu d'Amélie Jones (2)

De la même durée

Europinou et la Grande Tache Rouge (2)