Short Edition
Brocéliande et la porte du temps

Brocéliande et la porte du temps

— Quand est-ce qu’on arrive Papa ?
— Bientôt les enfants ! Nous allons passer un week-end formidable, vous verrez ! J’ai loué une petite maison au bord d’un grand lac, au cœur de la forêt de Brocéliande !
— Vous voulez votre goûter les enfants ? propose Maud, la maman de Pablo.
— Oui !! s’exclament les enfants.
Pablo et Zoé sont dans la même classe de CM1 à Thorigné Fouillard à côté de Rennes.
Ils se connaissent depuis la maternelle et leurs parents sont amis.
Le papa de Pablo a proposé aux enfants de passer deux jours à la campagne dans la forêt de Brocéliande. Les parents de Zoé les rejoignent demain midi pour le repas. Nous sommes le samedi 19 décembre 2015.
Vers 16 heures, la voiture arrive sur le site des résidences touristiques situées au cœur d’une forêt de pins. Une jeune femme les accompagne jusqu’à leur maisonnette. Ils ont une vue magnifique sur le lac de Tremelin.
— Ouah ! C’est génial ici !
— Tu m’étonnes Zoé ! On va pouvoir explorer les lieux !
— Tu crois qu’il y a des druides ou des gnomes dans le coin Pablo ?
— Non ça n’existe pas ! Mais, ici, nous sommes au pays des légendes ! Alors on ne se sait jamais !
Leurs affaires à peine déposées dans la petite maison, les enfants s’enfuient pour une balade à vélo.
— Vous revenez pour le dîner, vers 19h30, les enfants ! crie Maud.
Pablo et Zoé ne répondent même pas… Ils sont déjà partis à la chasse aux monstres et aux sorcières.
Ils arrivent au bord du lac de Tremelin. Les promeneurs se font rares en cette saison. L’endroit est presque désert et le restaurant qui borde le lac est fermé jusqu’à ce soir.
— Regarde Pablo, on dirait qu’il y a une épée enfoncée dans un rocher là-bas !
— Ouah, c’est Excalibur !
— Extralidur ?
— Ex-ca-li-bur !! L’épée magique du Roi Arthur ! C’est Merlin, le druide qui l’avait placée dans un rocher avec une inscription qui disait que celui qui arriverait à l’extraire du rocher serait le roi des bretons ! Et c’est Arthur qui a retiré l’épée ! Il est devenu le Roi !
— Excellent ! Je vais essayer de l’enlever !
Zoé escalade le rocher et tire désespérément sur l’épée en métal scellée avec du béton. Pablo vient l’aider mais l’épée ne bouge pas d’un pouce… Dans leur effort, ils glissent et s’étalent un mètre plus bas sur un tapis d’épines de pins.
— Aïe !! C’est vraiment un truc de touriste ça… Et puis, je n’aurais pas aimé devenir la Reine…
— Bonjour les enfants…
Surpris, les enfants poussent un petit cri de frayeur en voyant une vieille femme en haillons. Elle a les cheveux longs et noirs et des yeux qui font peur ! Et elle porte des chaussettes jaunes qui lui montent jusqu’aux genoux !
— Bonjour Madame… répondent les enfants tout penauds.
— Je suis la sorcière du lac… Enfin c’est comme ça que les gens m’appelaient quand je n’étais pas invisible... En fait je m’appelle Marinette ! Oui, je sais c’est ridicule… Vous n’auriez pas une petite pièce ?
— Non… Mais j’ai des Chocos, si vous voulez… propose Pablo, pas rassuré.
— Très bien, j’accepte ! Et pour vous remercier, je vais vous raconter la légende de ce lac. Vous êtes d’accord ?
— Euh… Ben, on doit y aller, Madame…
— Restez là, j’vous dis, ou je vous transforme en crotte d’écureuil !
Zoé regarde Pablo affolée.
— Mais non, mes mignons ! Je rigole ! Installez-vous sur ce rocher, je vais commencer mon histoire…
Les deux enfants, un peu inquiets, s’installent par terre et écoutent cette dame étrange…
— Savez-vous depuis combien de temps ce lac existe ?
— Depuis la préhistoire ! lance Pablo.
— Non ! Nul ! Et toi petite fille ?
— Je ne sais pas moi…
— Nuls tous les deux ! C’est désespérant… Bon, ce magnifique lac s’est constitué au Moyen-Âge… La légende raconte que dans cette vallée encaissée, au XIVème siècle, l’armée anglaise a été engloutie par les flots. Elle combattait les chevaliers français, trois fois moins nombreux qu’elle et commandés par le capitaine Bertrand Du Guesclin. Les Anglais sont passés par la vallée encaissée qui existait à l’époque et qui se situe aujourd’hui sous le lac. Au moment où ils étaient au fond de la vallée, la pluie est tombée très violemment. L’eau est montée rapidement et les soldats alourdis par leurs armures sont morts noyés ! L’eau est restée à ce niveau, depuis cet événement. Les anglais n’ont jamais réussi à s’emparer de Brocéliande…
— Elle est terrible cette histoire… susurre Zoé.
— Encore aujourd’hui, certains jours de brouillard, on voit des lances anglaises qui remontent à la surface du lac… poursuit la sorcière, en prenant une voix étrange.
— Ouah !! Ça fout la frousse ! s’écrie Pablo.
— Oui… C’est le but ! Bon allez ouste les enfants, j’ai une soupe de crapaud à faire pour ce soir !
— Beurk !! s’exclame Zoé.
— Vous êtes navrants les enfants ! Vous croyez tout ce que je dis !! Ahahahahahahaha !! Bon, je tiens quand même à vous prévenir que nous sommes un jour de pleine lune…
— Et alors Madame Marinette ? questionne Pablo.
— Marinette tout court ! Et alors ? Les jours de pleine lune, dans ce lieu magique, les mondes se croisent…
— Quels mondes ?
— Le nôtre et les autres ! Nom d’un pet de sanglier ! Il existe plusieurs mondes et ce soir ils vont se croiser, s’entremêler… Cela veut dire que si vous ne faites pas attention, vous passerez d’un monde à un autre sans vous en rendre compte… Prenez garde car il est difficile de revenir d’un monde parallèle… Ce serait dommage de louper ma bonne soupe de crapaud ! Ahahahahahahahah !
— Bon ben, au revoir Madame la sorcière…
— Au revoir les enfants… Passez le bonjour à Kolof, si vous l’apercevez.
— Ko… quoi ?
— Kolof ! Le roi des Korrigans du Monde d’Argane. Il traîne souvent par ici les soirs de pleine lune.
Les deux enfants montent sur leur vélo et s’éloignent en rigolant.
— KOLOF !! Elle est complètement folle cette sorcière !!!
Ils décident de faire le tour du lac. Un panneau d’information précise qu’en vélo, cela prend une heure. Ils devraient pouvoir rentrer à temps pour le dîner, sans se faire gronder.
— Il ne faut pas traîner Zoé !
Il est dix-sept heures. En ce mois de décembre, le soleil se voile et la pénombre s’invite déjà dans ce lieu magique…
— Regarde Zoé, on voit la pleine lune !
— Comme c’est beau !
Ils passent à travers deux arbres centenaires et soudain…!
— Halte là ! Vous avez failli m’écraser, les géants !
Les deux enfants s’arrêtent… Ils sont au milieu de la forêt qui entoure le lac.
— C’est toi qui as parlé, Pablo ?
— Non ! C’est bizarre…
— Ici ! Je suis en bas !
Les deux enfants regardent au sol et découvrent un petit lutin. Il est habillé tout en vert. Il porte des bottes en cuir et un gros ceinturon pour tenir le pantalon qui enveloppe son gros ventre… Il a un gros nez de cochon et des yeux minuscules. Une touffe de poil sort de son chapeau pointu.
— Pablo ! J’ai peur ! Un crapaud géant !
— Ben non je ne suis pas un crapaud ! Je suis Kolof le roi des Korrigans, nom d’une épine dans les fesses !
Pablo se penche vers l’être étrange et constate qu’il parle…
— Vous dites quoi Monsieur ?
— Bon, je n’ai pas le choix ! Je vais vous donner une taille de Korrigan !
Avant qu’ils n’aient le temps de comprendre, Kolof sort d’une bourse en cuir, de la poussière d’étoile. Il souffle dans le creux de sa main pour la faire s’envoler. Un éclair de lumière éblouit les enfants !
En ouvrant les yeux, Pablo et Zoé se retrouvent nez à groin avec l’énorme Kolof.
— Ouaaaaaahhhhhhhhhhh !
— Quoi ? s’écrie Kolof effrayé.
Les enfants veulent s’enfuir mais se prennent les pieds dans une racine d’arbre. Ils tombent tous les deux la tête dans la mousse soyeuse.
— Vous avez vu les sorcières vampires, c’est ça ?
— Non !! C’est vous ? Vous êtes horriblement… moche ! dit Pablo.
— Moi ? Vous rigolez, je suis tout propre de ce matin ! C’est vous qui êtes étranges ! Vous n’êtes pas des Korrigans ! Vous êtes des géants, c’est ça !
— Oui, si vous voulez… Monsieur…
— Kolof !
— Kolof ?! Vous connaissez la Sorcière Marinette, alors ? demande Pablo.
— Cette vieille folle avec ses chaussettes jaunes ! Elle vient du monde des géants… Comme vous, bien sûr !
— Oui, c’est ça Monsieur Kolof ! C’est normal que les arbres soient plus hauts que la tour Eiffel, Pablo ? s’exclame Zoé.
— Zoé… J’ai l’impression que nous sommes devenus minuscules… Comme Kolof. Tu as vu ce gland ? Il est aussi grand que nous, ou c’est plutôt nous qui sommes aussi petits que lui !
— J’ai peur Pablo…
— Bon ! Ce n’est pas vous qui allez m’aider… Quelle tristesse… marmonne Kolof en versant une larme de couleur verte.
— Vous avez des ennuis Kolof ? demande Pablo.
— Oui… Mon peuple est en danger… La Sorcière Maranne a enlevé mes meilleurs soldats Korrigans. Ils sont enfermés sur une plateforme au milieu du lac… Il ne reste plus, dans notre communauté, que les femmes, les enfants… et moi. Les sorcières vampires vont nous attaquer et nous ne pourrons pas nous défendre…
— Les sorcières vampires !
— Oui, ce sont les soldats de Maranne. Elles ont des ailes et deux dents immenses qui vous transpercent le cou pour vous sucer le sang ensuite !
— Beurk ! C’est dégoûtant ! s’écrie Zoé.
— Elles attaqueront dans une heure quand la nuit sera totalement tombée sur le lac…
— Mon Dieu, c’est horrible ! Il faut faire quelque chose Krobof !!!
— Kolof, jeune fille…
— Heu, oui, Kolof ! Pourquoi n’allez-vous pas sauver vos fidèles soldats là-bas ?
— Les Korrigans ne savent pas nager, vous devriez le savoir ! répond le gnome, vexé.
— On ne savait pas, on vient d’arriver ! On ne connaît pas les légendes de Brocéliande, avoue Pablo.
— Quelle légende ? Ici, c’est la réalité ! Alors si vous avez une idée, n’hésitez pas.
— Zoé ! Nous allons délivrer les Korrigans !
— Comment Pablo ?
— En nageant, bien sûr !
— Mais elle doit être vachement froide !
— Tu vois une autre solution pour aider les Korrigans ?
— Euh, non… Tout ça est très étrange quand même… Après la sorcière aux chaussettes jaunes… Voilà les gnomes verts… Et pourquoi pas des éléphants roses ensuite ?!
— Non, ne vous inquiétez pas, les éléphants roses ont disparu depuis des milliers d’années dans le Monde d’Argane ! s’écrie Kolof.
— C’est pas vrai… se lamente Zoé.
Pablo et Zoé ont décidé de nager jusqu’à la plateforme. Elle n’est pas gardée car la sorcière Maranne sait que les Korrigans ont horreur de l’eau. Ils ne risqueraient pas de tremper, ne serait-ce qu’un doigt de pied !
Ils se déshabillent pendant que Kolof surveille les alentours. Ils ont décidé d’emporter avec eux une longue corde que le roi des Korrigans avait dans son sac. Elle sera fixée de manière à ce que les prisonniers puissent traverser le lac au sec. Les petits lutins sont de piètres nageurs mais de très bons équilibristes !
En slip, au bord du lac, ils distinguent la plateforme. S’ils étaient restés géants, il aurait suffi de se pencher pour l’attraper. Mais là, à l’échelle d’un gnome, elle doit bien être à cent mètres de la rive.
Ils s’avancent dans l’eau noire…
— Elle est glacée ! peste Zoé.
— Courage !
Ils ont de l’eau jusqu’à la taille... Les premières brasses sont difficiles mais ils s’habituent vite à la température de l’eau. Pablo et Zoé sont d’excellents nageurs, ils prennent des cours à la piscine municipale Saint-Georges à Rennes.
En quelques minutes, ils arrivent à proximité de la plateforme. Pablo s’accroche et monte sur l’île flottante. Il hisse Zoé.
Une dizaine de Korrigans se serrent les uns contre les autres, apeurés de voir ces êtres étranges sortir de l’eau…
— Où sont les autres ? demande Pablo.
— Quels autres ? répond le plus âgé des Korrigans qui doit avoir environ cent ans.
— Vous n’êtes que dix ?
— Oui, Êtres étranges ! Et alors ? Qui êtes-vous ?
— Voici Zoé et je suis Pablo ! Nous venons vous sauver ! Kolof est là-bas sur la rive. Il vous attend pour sauver votre village des sorcières vampires !
— Oh, merci à vous ! Je suis Catcar ! Et voici Panard, Slibard, Costard, Cafard, Bavard, Bobard, Mouchard, Loubard et Malabar.
— Quels drôles de prénoms ! s’exclame Zoé en rigolant.
— Vous ne trouvez pas que Pablo et Zoé, c’est aussi bizarre ?
— Ben, non… C’est courant chez nous…
— Chez nous aussi ! Comment allons-nous nous échapper d’ici ? demande Catcar.
— Je vais fixer cette corde à la plateforme et vous pourrez rejoindre la berge en marchant dessus !
Pablo s’exécute et bientôt, avec l’aide des Korrigans, la corde est suffisamment tendue pour la traversée du lac.
Très agiles, les Korrigans sautent et courent sur la corde. Pablo et Zoé sont très impressionnés !
La moitié d’entre eux est déjà sur la rive avec Kolof quand une nuée de sorcières vampires surgit dans le ciel éclairé par la lune, en poussant des cris effroyables !!
— Mon Dieu Pablo ! Regarde ! Elles arrivent !!
Les sorcières vampires ont des corps de chauves-souris et des têtes de sorcières avec deux crocs crochus, comme les vipères…
Catcar, Cafard et Bobard sont encore sur la corde. Ils courent désespérément mais les sorcières volantes se ruent sur eux. Ils n’ont pas d’autre choix que de plonger dans l’eau noire… Ils ne savent pas nager… Ils vont mourir, c’est sûr !
Sur l’autre rive, les Korrigans armés de leur arc ou de leur fronde tentent de chasser les sorcières maléfiques. Méfiant, Kolof avait prévu une attaque et emporté les armes de ses compagnons dans son sac.
Pablo et Zoé n’hésitent pas. Ils plongent pour sauver leurs nouveaux amis. Ils distinguent les trois têtes des Korrigans qui se débattent pour ne pas se noyer. Ils sont à quelques centimètres. Catcar coule. Les sorcières les attaquent sans répit et il faut se méfier de leurs griffes acérées qui lacèrent la surface de l’eau. Pablo attrape Cafard et Zoé remonte Bobard à la surface. Les deux enfants ont toutes les peines du monde pour rejoindre la rive.
Kolof et les Korrigans tirent leurs deux amis et les enfants sur le bord du lac…
— Vous nous avez sauvés ! Merci à vous Poiro et Zoumbé ! s’exclame Bobard.
— De rien, moi c’est Pablo et elle, Zoé ! Nous n’avons pas pu sauver Catcar… Il a coulé comme une pierre… Je suis désolé.
— Vous avez été très courageux mes amis… Catcar était un valeureux soldat… Il est mort en héros !
— Je dois vous laisser. J’ai une dernière chose à faire avec ces satanées sorcières.
Kolof s’éloigne. Pendant que les enfants traversaient le lac, il a mis au point une sorte de catapulte.
— Les sorcières vampires reviennent ! crie Bobard.
Kolof pousse alors un bâton et instantanément, un filet est projeté dans les airs. En se déployant, il emprisonne le nuage de sorcières et les entraine dans l’eau.
Leurs griffes empêtrées dans les mailles du filet, les sorcières vampires disparaissent à jamais au fond du lac en poussant d’ultimes cris stridents.
— Victoire !!
Les Korrigans dansent autour des deux enfants ! La communauté de Kolof est sauvée !
— Quand elle apprendra ce qui vient de se passer, la sorcière Maranne disparaîtra au fond de sa grotte pendant au moins cent ans ! s’écrie Kolof.
— Alors, on fait la fête sans moi ?
Tout le monde se retourne surpris.
— Catcar ? Tu n’es pas mort ! s’écrie Pablo.
— Non ! J’ai coulé à pic mais quelque chose de très pointu m’a piqué les fesses ! La douleur m’a poussé vers la surface. Subitement, j’ai réussi à nager sous l’eau ! Trop content de respirer, j’ai fait la planche. Le vent a fait le reste. Je viens d’accoster sur la rive !
— C’est certainement une lance anglaise qui t’a piqué les fesses Catcar ! dit Zoé.
— Une quoi ?
— Non rien, c’est une vieille histoire !
— En parlant de vieille, cela me fait penser à Marinette ! Et cela me fait penser qu’il faut partir car c’est bientôt l’heure du dîner, Zoé ! Ma mère va nous gronder si on est en retard ! La nuit est tombée…
Un nuage passe devant la pleine lune…
— Comment pouvons-nous repartir d’ici, Kolof ?
— Je vais appeler le gardien des portes du temps, Ceinwenn ! C’est un magicien !
Et soudain, le temps s’arrête… Les Korrigans restent figés comme des statues. Seuls Kolof, Pablo et Zoé bougent encore !
— Bonjour Kolof !
— Bonjour Ceinwenn ! J’ai deux enfants du monde des géants qui souhaitent repartir chez eux ! Vous pouvez les aider ?
— Bien sûr Kolof ! Ils ont été courageux et ils méritent bien cela. Pablo, Zoé, vous êtes arrivés en passant entre deux arbres centenaires. Empruntez à nouveau ce chemin, mais dans l’autre sens et vous retrouverez votre maison… Souvenez-vous que votre monde est parsemé de portes du temps et qu’un jour peut-être, vous repasserez dans un autre monde… Vous êtes initiés maintenant, c’est rare et précieux… Peu d’êtres humains ont cette chance… Ce n’est qu’un début… Adieu !
— Merci, Ceinwenn… disent Pablo et Zoé.
— C’est un vrai magicien ? demande Zoé toute éberluée.
— Oui et c’est le meilleur ! Même Merlin ne lui arrive pas à la cheville !
Le temps reprend sa course et les Korrigans reprennent leurs activités. Ils ont découvert les chocos dans le sac de Pablo et ils se goinfrent !
Pablo et Zoé embrassent tous les Korrigans qui se sont rangés à la queue leu leu.
— Au revoir Catcar, Bobard, Slibard, Loubard, Cafard, Mouchard, Bavard, Costard, Malabar, Panard… Aïe ! Panard… Tu marches sur mon pied…
— Oups ! Pardon Zoé…
— Au revoir Kolof.
— Au revoir Pablo, au revoir Zoé… Merci pour votre aide ! La communauté des Korrigans ne vous oubliera jamais.
— Au fait Kolof, qu’a voulu dire Ceinwenn par : « Vous êtes initiés maintenant, c’est rare et précieux… » ?
— Passer d’un monde à l’autre est une chance, les enfants… Vous avez été choisis certainement grâce à vos qualités et vos valeurs… Vos voyages dans les mondes parallèles ne font que commencer ! Au revoir mes amis.
Et soudain, les enfants retrouvent leur taille initiale.
Sans se poser de question, ils enfourchent leur vélo et foncent en direction des deux arbres. Dans un éclair de lumière, ils plongent dans les méandres du temps.

Quelques instants plus tard…
— Oh ! Les marmots ! Réveillez-vous !
Pablo, ouvre un œil.
— Aaaaaah !!
— Quoi ? J’ai l’air d’une sorcière ou quoi ? s’exclame Marinette en rigolant.
— Désolé Madame… Je vous ai pris pour une sorcière vampire !
— Eh bien merci, mon garçon ! Ces vieilles peaux volantes n’ont pas ma classe…
— Vous avez le bonjour de Kolof et des Korrigans du Monde d’Argane, Madame, dit Zoé.
— Merci ma petite. J’espère qu’ils n’ont pas d’ennuis ?
— Non, Madame. Ils vont bien maintenant…
— Parfait ! J’ai préparé de la soupe d’asticots finalement ! Vous êtes partants ?
— Beurk !! Non merci, Madame ! On doit rentrer…
— Si vous revenez par ici, passez me dire bonjour ! J’aime bien voir des passagers du temps !
— Des passagers du temps ? s’exclame Pablo.
— Oui ! Les passagers du temps sont les seules personnes qui sont capables de me voir et de me parler : cela faisait quarante ans que je n’avais pas parlé à quelqu’un dans ce monde. Cela me fait chaud au cœur…
Pablo et Zoé, médusés par ce qu’ils viennent d’entendre, rentrent à la maison des vacances retrouver leurs parents.

Maud a préparé des spaghettis.
— Alors les enfants, cette première journée ? Vous ne vous êtes pas ennuyés j’espère !
— Non Papa ! Zoé et moi, on s’est même fait des amis… On pourra les revoir demain si c’est la pleine lune !
— Pourquoi la pleine lune ?
— Parce que ce sont des Korrigans et qu’on ne peut les rejoindre dans leur monde qu’à la pleine lune, Papa !
— Mon Dieu ! Quelle imagination ces enfants !!! C’est incroyable !

Et au même moment, dans le monde d’Argane…
— Catcar !
— Oui, Kolof ?
— On ne t’a jamais dit que tu avais une tronche de cake ?
— Non, pourquoi ?
— Pour rien, Catcar… C’est Pablo qui m’a dit ça en partant. Je n’ai pas compris…
— Peut être que Bobard sais, lui !
— Non, ce n’est pas la peine… Souffle sur la bougie et dormons.
— Pffffffff !!
— Merci pour les postillons, Catcar… Bonne nuit.

_______

Illustration de Magali Martinie
zagatub
Gwen Le Tallec

Gwen Le Tallec

Gwen Le Tallec est un cadre territorial de 45 ans qui vit dans le petit village de Thorigné-Fouillard situé à l’orée de la forêt de Brocéliande. Il évolue depuis toujours au cœur des mythes et légendes de ce Pays peuplé de Korrigans, de fées et de chevaliers. Passionné par ...   [+]

Lire ses œuvres
Le p'tit plus de Bob

Les ronds de sorcière

Dans la nature, il existe un phénomène assez intriguant : les ronds de sorcières.
C’est une formation de champignons qui poussent en cercle. Même si cela a une explication scientifique logique, on appelle ces ronds de cette façon parce qu’au Moyen-Âge, on pensait que les sorcières ou les korrigans étaient à l’origine de ces étranges cercles. On imaginait alors qu’ils dansaient en faisant des rondes dans la forêt.

A découvrir

Du même thème

Que la magie scénique vous accompagne !

De la même durée

Le choix de Milah

De la même durée

Oscar et le cirque du Lion d'Argent