Calendrier de l'Avent

Chaque jour de décembre, découvre une histoire

Mardi 5 Décembre

Voyage au Pays des glaces #5

de Tanguy Mandias

 

L’Histoire de la Dernière Histoire

 

Après avoir bravé mille dangers, Tatie et Balthazar arrivent en Laponie, enfin prêts à donner la lettre au père Noël et à sauver le noël de Balthazar ! Mais… C’est très grand la Laponie, et où trouver le Père Noël, dans ce désert blanc ?

— Balthazar ! Reviens ! crie Tatie dans la tempête.

— Non ! Tu m’avais promis que tu m’aiderais à trouver le père Noël, et maintenant tu changes d’avis ! C’est toujours pareil, on ne peut pas te faire confiance ! hurle Balthazar, les larmes aux yeux, en s’enfonçant dans le paysage neigeux. Puisque c’est comme ça je…

La voix de Balthazar s’étouffe, le sol vient de se dérober sous ses pas et il chute à toute vitesse le long d’une pente vertigineuse. Le haut, le bas, tout se mélange ! La voix de Tatie disparaît dans la tempête, et tout s’efface autour de lui.

Et soudain, Balthazar se retrouve dans une plaine immense recouverte de neige blanche étincelante, et parsemée d’arbres noirs comme du charbon. Il n’y a personne à l’horizon. Il est seul, perdu et isolé. Il serre les poings et retient un sanglot. Tout ça pour une bête lettre au père Noël, vraiment ?

— Maman, dit-il dans un reniflement, que dois-je faire ?

Autour de lui la lumière baisse, les ombres grandissent… Péniblement, il avance dans la neige meuble qui lui arrive jusqu’à la taille. Le froid lui pique les joues et lui brûle les doigts. Il fait encore quelques pas, et s’effondre, épuisé.

« Balthazar ! entend-il. N’abandonne pas ! »

« Tu peux le faire, Balthazar Petitgarçon ! Nous t’aiderons comme tu nous as aidés ! »

Là-haut, au-dessus des sapins, les silhouettes de la Reine des Sandwichs et de Fifi le Ferry !

« Au sommet de cette colline, liten man, tu peux y arriver ! » dit la Dame à la Ville Démontée un peu plus loin.

« Tu peux y arriver ! » répètent en écho les silhouettes.

Balthazar sent la confiance revenir, et il gravit la colline, vaillamment, sans peur et sans crainte ! Au sommet de la colline, c’est une nouvelle silhouette qui l’attend, auréolée de lumière.

— Maman ? murmure Balthazar.

— Balthazar, mon petit, dit sa mère, auréolée de lumière. Tu y es arrivé… Viens dans mes bras.

Et Balthazar rejoint la douce lumière où il s’endort, dans cette odeur si familière, dans les cheveux de sa mère qui montent jusqu’au ciel et font, dans les étoiles scintillantes, des aurores boréales bleues, blanches et dorées…

Quelques heures plus tard, l’odeur du chocolat lui chatouille le nez et le tire de son sommeil. Il est maintenant dans un chalet en bois, un personnage rouge est en train de préparer à manger en chantonnant.

— Tatie, c’est toi ? interroge Balthazar encore tout ensommeillé.

L’homme se retourne, un sourire à peine masqué par sa grosse barbe blanche.

— Non mon garçon, dit-il d’une grosse voix grave. Mais ta tatie va très bien, ne t’inquiète pas. Je suis le père Noël mon petit Balthazar. Ta tatie et l’excellent Monsieur Singe m’ont raconté tout ce que tu avais fait pour venir me voir. Je suis impressionné ! Ton papa est là également, venu par le premier avion. J’ai eu de la chance de te retrouver : tu errais sur la colline en haut de chez moi et je t’ai vu alors que je sortais mes rênes ! Alors comme ça, tu as une lettre à me confier ?

— Oui ! dit Balthazar en fouillant ses poches.

Il sort le morceau de papier froissé et le tend au père Noël qui le lit derrière ses grosses lunettes dorées. Tatie et Papa les rejoignent, l’air soulagé.

— Ah, malheureusement mon garçon, je crois qu’il y a un problème... soupire le père Noël en lui tendant la lettre.

Effectivement, la lettre est illisible, avec toutes ces péripéties, l’encre s’est brouillée et effacée.

— Et bien je vais en réécrire une autre ! dit Balthazar avec un grand sourire.

Il se saisit du stylo tendu par son Papa et écrit avec application une nouvelle lettre, qu’il donne au père Noël. Ce dernier la lit, et part d’un gros rire sonore.

— Ho ho ho, quel petit garçon futé !

— Qu’a-t’il écrit ? demande Papa en donnant une tasse de chocolat à Balthazar.

— Lisez, monsieur.

Et Papa de lire à voix haute la lettre que voilà : « J’ai déjà le plus beau des cadeaux, et c’est d’être ici avec vous tous, en Laponie, pour le plus beau Noël de ma vie ! »

Les yeux de Papa et de Tatie se mettent à briller, tous trois s’enlacent et dehors, dans la nuit de Noël, les étoiles brillent un peu plus fort, sous les aurores boréales enchantées.



« Episode précédent

___

Illustration de : Pablo Vasquez

Un commentaire ?


Pour poster des commentaires,
LBC
LBC · il y a
Une belle histoire qui fait rêver les enfants, et réveille l'enfant qui sommeille en nous. Joli conte.
·
Klelia
Klelia · il y a
Merveilleuse histoire qui donne envie de rester enfant !
·
Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
C’etait un conte fabuleux plein d’humour et de péripéties, et surtout, quel voyage au cœur des paysages les plus merveilleux du Grand Nord !
·
Marine
Marine · il y a
Oh !!! Quel Noël sympathique !!! J'adoooore !!! Même à soixante ans, les contes et histoires font merveille !!! :-) Merci !!!! A quand le prochain?
·
Coum
Coum · il y a
Un Noël au naturel, effets resplendissants pour chute merveilleuse.
Merci.

·
Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Un bien joli dénouement ! :-)
·
Ki Mandias
Tanguy Mandias · il y a
Merci Joëlle :)
·

Calendrier de l'Avent

Chaque jour de décembre, découvre une histoire

Inscris-toi pour la recevoir par mail :