Le blog de Charlotte

Miss Merveilles #2 publié il y a

Miss Merveilles #2

Un doudou devenu toutou


Un soir proche de Noël, une étrange étoile éclaire la fenêtre de la chambre de Léone, fillette à l’esprit débordant d’imagination. Laissant Snoopy, sa peluche favorite, sous la belle lumière, elle est réveillée au milieu de la nuit par un bruit intriguant, une silhouette familière.

Sous la lumière de l’étoile lui apparut un Snoopy géant ! Les oreilles tombantes, le chien avait triplé de volume et s’animait par lui-même, avec des gestes lourds.
Léone aurait pu se sentir terrifiée devant une telle apparition nocturne. Mais une chose la rassurait. Elle distinguait, sous la lumière qui traversait la fenêtre, des taches sombres sur un côté du visage de Snoopy. Les mêmes taches qu’elle retrouvait sur sa peluche qui l’accompagnait depuis son plus jeune âge. Même si récemment, grandir l’avait éloignée de son doudou, Snoopy gardait toujours une place de choix dans sa chambre. Elle connaissait chaque détail de sa peluche. Aucun doute, face à elle, ce n’était pas un Snoopy, mais son Snoopy.

— Je m’attendais à un accueil plus amical qu’un long silence, se plaint la peluche.
— Snoopy ?
— Oui, c’est moi !
C’était si étrange, il parlait en adulte et comme si cette situation n’avait rien d’étonnant.
— Léone, ce genre de choses n’arrive pas à beaucoup d’enfants. Discuter avec sa peluche préférée, c’est assez extraordinaire. Tu devrais en profiter !
— C’est vraiment toi ?
Snoopy soupira, blasé.
— Tu veux une preuve ? Voyons… Il y a un mois, tu as dormi avec moi parce que Max, le garçon dont tu es amoureuse, a discuté pendant la récréation avec Virginie, au lieu de la passer avec toi. Même si j’étais triste pour toi, cela m’a fait plaisir de passer une nuit dans tes bras. Tu me délaisses un peu, ces derniers temps.
— Je suis grande.
— C’est normal, j’imagine. Bon, es-tu convaincue ?
— Comment est-ce possible ?
Léone restait clouée au lit, à la fois émerveillée et effrayée. Avec précaution, elle s’aventura :
— Tu te rappelles la première fois que tu m’as vue ? lui demanda-t-elle.
— Oui ! Tu étais aussi grande que moi. Enfin, moi en version peluche, pas comme cette nuit.
— Raconte-moi…

Ils discutèrent pendant une heure : les moments passés ensemble, la reconnaissance qu’il avait envers elle de ne pas le stocker dans une boîte, comme la plupart des autres doudous, qui ne résistaient pas au passage du temps. Mais pas lui. Pas le Snoopy de Léone.

— Il est temps, Léone, dit-il après une heure de discussion et de rires.
Elle vit soudain la lumière de l’étoile qui frappait sa fenêtre diminuer, pour finalement, s’évanouir. Snoopy n’était plus qu’une ombre dans sa chambre, se dessinant sur ses étagères.
— Bonne nuit, berça la voix de Snoopy alors qu’un sommeil soudain, impossible à combattre, ferma les paupières de Léone.

À son réveil, au petit matin, Léone ouvrit les yeux avec la douce impression d’avoir fait un rêve magique. Elle s’étira, contempla sa chambre sous la douce lumière de décembre. Un détail attira son attention. Elle bondit du lit et retrouva sa peluche Snoopy, allongée, face à la fenêtre. À côté, une feuille blanche, avec ces mots :

Bonne nuit, Léone. Et ne m’oublie pas !
Snoopy

Elle tomba en arrière, et s’adossa contre le pied de son lit… Ce qu’il s’était passé cette nuit n’était pas un rêve.

 

___

Illustration de : Pablo Vasquez

Un commentaire ?


Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
De plus en plus onirique et mystérieux. J’ai hâte de savoir ce que va faire Léone après avoir découvert Snoopy au pied du lit !
·
Image de Jonathan Carcone
Jonathan Carcone · il y a
Tout va bientôt s'accélérer pour elle :)
·